Etude – Belgique Mobile

 

L’étude de Belgique Mobile

 

Les ondes émises par le téléphone portable se situent dans la gamme des ultracourtes (micro-ondes). Lors d’une communication, l’appareil se trouve à environ 1 cm de notre cerveau, un organe d’une sensibilité extrême.

Tout comme le four à micro-ondes, ces rayonnements agissent inévitablement sur les tissus contenant de l’eau (notre cerveau en contient 85%). En plus de l’échauffement, les cellules perdent leur équilibre oscillatoire naturel. C’est pourquoi le risque de lésion irréversible est étayé et envisagé par de nombreux scientifiques. C’est ainsi que ce merveilleux outil de communication peut représenter un danger potentiel pour notre santé.

 

Que pensent les médecins de tout ça ?

 

Sans attendre les résultats des études sur les risques des portables, les médecins se voient obligés de conseiller la plus grande prudence :

  • Utilisez une oreillette (ou kit main-libre) tant qu’il y a des doutes subsistants, car s’ils viennent à être levés, il sera peut-être trop tard. Néanmoins, il faut nuancer ce conseil car une équipe de scientifiques a récemment prouvé que l’oreillette augmentait le taux de radiations par 3 dans certains cas.
  • Certains chercheurs n’ont pas attendu les résultats des études sur les risque du portable, ils ont déjà modifié leur comportement. Colin Blakemore, professeur de physiologie à l’université d’Oxford, et membre de la commission gouvernementale sur les téléphones cellulaires, a cessé de se servir du sien. En effet, il a déjà noté des problèmes de concentration au cours de communications sans fil. Or l’écouteur du portable, générateur d’ondes éléctromagnétiques, se pose face à la zone du cerveau qui gère la mémoire à court terme.
  • Une étude néerlandaise a prouvé qu’une utilisation intensive avait pour effet de susciter des maux de tête.
  • Pour ce qui est des tumeurs au cerveau rien n’est encore prouvé cependant on constate que : chez des personnes atteintes de tumeur au cerveau, parmi celles qui ont un portable, la tumeur se situe 2,5 fois plus souvent du côté de l’oreille qui était utilisée. Il y a de quoi avoir de sérieuses présomptions. Il y a une forte augmentation des tumeurs au cerveau et en particulier chez les jeunes !

 

Les champs électromagnétiques des lignes à haute tension sont à très basse fréquence

(50 Hz) et traversent les tissus sans les échauffer. En revanche, les champs produits par les mobiles sont à très haute fréquences.

Après avoir traversé la peau, les muscles du visage et les os du crâne, ces ondes électromagnétiques atteignent la région la plus superficielle, mais aussi la plus sensible du cerveau : le cortex. L’énergie électromagnétique est convertie en chaleur (énergie calorifique), provoquant une élévation de la température du tissu cérébral. Au niveau du cortex, cette augmentation est d’environ 1 °C. Tout se passe exactement comme dans un four à micro-ondes, sauf qu’ici, c’est le centre névralgique du corps humain qui subit un échauffement. Si l’on téléphone régulièrement, pendant de longues périodes, il n’est pas impossible que l’effet thermique finisse par endommager l’ADN cellulaire et provoquer des tumeurs cancéreuses.

En effet, l’ADN porte les gènes qui programment l’ensemble des caractéristiques de la

Vie. Il suffit que l’un d’entre eux soit endommagé pour que les mécanismes vitaux soient perturbés.

Pour qu’un cancer apparaisse, il faut que l’altération de l’ADN se situe au niveau d’un gène spécifique à l’origine de la protéine « p53 ». Ce gène est dit «suppresseur de cancer», car la protéine «p53» qu’il induit s’oppose à la cancérisation de la cellule lorsque celle-ci est agressée. Quand ce gène est endommagé, la protéine « p53 » est déficiente et ne protège plus le patrimoine génétique.

Une prolifération anormale de cellules provoque donc un amas cellulaire (une tumeur).

 

Expérience 1

 

LYMPHOMES CHEZ LA SOURIS : Chez la souris, le lien entre portables et cancer a été établi en mai dernier par une équipe australienne du « Royal Adelaide Hospital », conduite par le Dr Michael Repacholi.

Ces travaux ont fait l’objet d’une publication dans « Radiation Research », une revue scientifique américaine de haut niveau.

 

Les souris développent très rarement des cancers, même dans les pires conditions environnementales. Les chercheurs ont donc utilisé des souris génétiquement programmées pour développer un lymphome, cancer du système lymphatique. Deux lots de 101 souris ont été constitués. L’un a été exposé pendant dix-huit mois à des champs électromagnétiques de même fréquence et rayonnant à la même puissance que les téléphones cellulaires, tandis qu’un groupe témoin était placé dans les conditions normales.

Parmi les souris soumises au rayonnement électromagnétique, 43 ont développé un lymphome, contre 22 dans le groupe témoin. L’ADN des rats exposés semblait se morceler.

Ces résultats ont été cependant contestés par les fabricants de portables, qui ont fait valoir que dès lors les animaux étaient programmés pour développer un cancer, on ne pouvait attribuer les tumeurs aux ondes électromagnétiques. Il n’empêche que l’exposition aux ondes a entraîné deux fois plus de cancers.

 

On en vient donc à se poser tout de même des questions !

 

D’une façon générale, tous les résultats mettant en cause la téléphonie mobile sont systématiquement rejetés par les fabricants de portables. Le Dr Henry Lai qui travaillait sous contrat avec « Wireless Technology Research » (WTR), une société sous la tutelle de fabricants de téléphones mobiles, s’est vu refuser la publication de ses travaux parce qu’ils démentaient le credo des fabricants. Par deux fois, la société WTR lui a retourné sa copie pour qu’il y apporte des retouches :  » Ils me demandaient d’interpréter différemment mes résultats afin de les rendre plus favorables à la téléphonie mobile, s’insurge le chercheur.

Des études ont constaté une légère augmentation de risque de cancers du cerveau et de leucémies chez les opérateurs radars, mais ceux-ci subissent des expositions très élevées.

 

Si les portables font courir un risque faible, quelques cas peuvent apparaître, vu le très grand nombre d’utilisateurs.

Les commentaires sont fermés.